TextBroker : premières impressions

J’ai enquêté relativement longtemps sur Internet pour trouver des avis et conseils sur les plates-formes de rédaction en ligne. Travail sous-payé, exigences, commissions prélevées, délais trop courts…Cela ne donnait pas forcément très envie d’y investir mon temps…Cependant, j’ai testé la plate-forme Textbroker pour sortir de ma zone de confort et tester mes compétences de rédactrice web.

Courte présentation de Textbroker

Comme je vous le disais, Textbroker est une plateforme de rédaction en ligne. Sur la page d’accueil, ils annoncent qu’ils sont les leaders sur ce marché pour rassurer les acheteurs (ceux qui paient pour de la rédaction donc). Les avantages pour leur auteurs sont la flexibilité et la simplicité : on écrit quand on veut et on gagne de l’argent « rien qu’en écrivant ».

Présentation client

Screenshot Textbroker client

Présentation pour les auteurs

Screenshot Textbroker Auteur

Inscription sur Textbroker

Le formulaire d’inscription est simple à remplir.

Screenshot Textbroker Auteur textbroker

Pour valider votre inscription, vous devez envoyer votre « texte d’évaluation ». J’ai aimé l’idée de passer un test. On m’a demandé de rédiger au sujet de mon film ou livre préféré, tout en respectant la syntaxe et le code liés à l’écriture sur le web. Personnellement, j’ai pris mon temps pour l’écrire et vérifier chaque syllabe, chaque accord, chaque verbe, etc. C’est peut-être se donner un peu trop de mal pour pas grand-chose, me direz-vous ! Donc, vous envoyez votre texte et celui-ci sera évalué. On vous attribuera ainsi un niveau de 1 à 5 étoiles. Plus vous obtenez d’étoiles, mieux vous serez payés.

Choix des commandes et rédaction

Il existe trois types de commande sur Textbroker.

Les OpenOrders : les clients/acheteurs postent une annonce sur le site et tous les auteurs y ont accès.

Entant qu’auteur, vous accédez au tableau ci-dessous :

 

Screenshot - commande textbroker

Vous choisissez le domaine qui vous intéresse et la liste des textes proposés s’affichera.

Vous cliquez ensuite sur le détail de la commande qui vous attire le plus. Vous avez dix minutes pour lire et accepter (ou refuser) la commande.

Vous êtes payés en fonction du nombre d’étoiles demandé par le client. Plus vous avez des étoiles, plus vous pouvez prendre des commandes. Un auteur 4 étoiles peut accepter des commandes « 3 étoiles » ou « 2 étoiles ».

Il y a aussi les DirectOrders. Lors du test à l’inscription, vous avez reçu vos étoiles et un montant au mot. Avec les DirectOrders, vous pouvez créer une base de clients fidèles avec qui travailler et, surtout, vous négociez votre tarif. Donc vous gagnez plus. A noter que la plate-forme prend une commission, payée par le client (peu importe le type de commande).

Enfin, vous pouvez rédiger des textes en équipe avec les TeamOrders. Je n’ai ni testé ni compris le concept encore…Là aussi, les tarifs sont négociables. Le client choisit une TeamOrder s’il veut s’adresser à des experts de la rédaction dans un domaine précis.

types de commandes textbroker

Rédiger pour les autres est un chouilla casse-tête (parfois) car il faut bien comprendre la demande initiale. Heureusement, la plupart des clients envoient un brief assez détaillé avec :

  • le nombre de mots souhaité
  • le nombre de balises h2, h3, etc.
  • les mots-clés à utiliser un certain nombre de fois
  • des liens menant à des articles ou sites Internet similaire pour nous faire une idée

 

Les plus et les moins de Textbroker

 

Points positifs

La plateforme est très simple d’utilisation. En OpenOrders, vous choisissez la commande qui vous plaît le plus et vous l’écrivez. Le client accepte et vous recevez votre argent.

Vous un avez un compte à rebours dans votre espace commande qui vous indique très précisément votre date limite d’envoi de texte. Cela peut être stressant pour certains mais c’est un outil pratique pour bien organiser sa rédaction.

Lorsque vous inscrivez votre texte en ligne, on vous indique votre nombre de mots, la répétition des mots-clés demandés ainsi que des problèmes éventuels de code (balises h2 mal inscrites par exemple).

Le service de messagerie interne vous permet de contacter le commanditaire si jamais vous avez une question.

J’ai un avis mitigé sur certains points, notamment les évaluations constantes.

Chaque texte accepté par le client est ensuite relu et validé par l’équipe de Textbroker. Je ne sais pas qui ils sont ni sur quels critères ils jugent nos textes. Dans leur foire aux questions, ils ont une sorte de grille d’évaluation assez claire et les critères sont purement objectifs (orthographe, lisibilité, richesse du vocabulaire). Il n’en demeure pas moins que vos productions sont jugées par un individu qui est humain, et donc qui a un avis subjectif sur votre texte… Vous pouvez donc passer du niveau 4 étoiles au niveau 3 étoiles sur un seul texte. Et je pense que le chemin en sens inverse (monter en grade) ne se fait pas aussi aisément.

Une commande à la fois, c’est la règle.

Cela peut être un avantage comme un désavantage.

On se concentre sur un texte à la fois et cela vous évitera de vous éparpiller. Mais si vous souhaitez vous « changer les idées » avec un autre texte, c’est peine perdue ! A vous de voir si ce système vous convient.

Retirer son argent à partir d’un certain montant.

Vous devez cumuler un minimum de 10 euros sur votre compte pour demander un versement. Une fois votre demande envoyée, le versement s’effectue le vendredi. Si vous souhaitez recevoir de l’argent immédiatement, cela ne vous conviendra peut-être pas.

 

Conclusion et conseils pour rédiger sur Textbroker

En somme, je suis satisfaite de cette plateforme. Je n’ai pas encore assez d’expérience sur Textbroker pour en faire ma principale source de revenus pour le moment. De plus, je privilégie les contacts directs pour faire de la rédaction web : on peut choisir ses tarifs et on a plus de libertés.

L’avantage de Textbroker, c’est qu’il y a des demandes régulières de textes et que vous êtes libre d’accepter une commande ou de la refuser. Si vous hésitez à vous lancer comme rédacteur ou rédactrice web, Textbroker peut éventuellement vous aider à passer le cap ! Mon inscription sur ce site Internet m’a réconforté sur mes capacités de rédactrice web.

Voici des petits conseils si vous souhaitez vous essayer à la rédaction.

Avec le test à l’inscription, vous avez un niveau de départ : cela vous donne déjà une base sur laquelle travailler. Vous ne pourrez que vous améliorer (sauf si vous obtenez 5 étoiles dès le départ ! Dans ce cas-là : bravo !).

Une fois votre inscription validée, choisissez des commandes « longues » pour prendre le temps d’écrire vos textes. Sur les 4 textes que j’ai produit, le plus court en terme de délai était le dernier : j’ai écrit un article de blog en deux jours.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron. C’est donc en vous entraînant à écrire que vous écrirez mieux et plus vite. Vous pourrez donc à terme écrire plusieurs textes par jour si le cœur vous en dit.

Le tout est de ne pas se mettre de pression au départ : l’objectif est de s’entraîner à écrire correctement dans les délais impartis.

N’hésitez jamais à écrire à vos clients dès que vous avez un doute ! Cela fera gagner du temps à tout le monde. Par exemple, j’ai un client qui avait mélangé deux commandes (je suspecte le « copier-coller » malheureux d’ailleurs 😉 ). Je lui ai donc écrit pour qu’il clarifie ce point et il a répondu assez vite. J’avais déjà commencé à écrire pas mal de texte et j’ai dû reprendre mon travail à zéro quasiment.

Si vous avez des conseils et astuces à partager, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂

 

Voici une copie-écran de mes premiers résultats et donc des premiers sous-sous.

Textbroker - statistiques auteur

Comme vous le voyez, j’ai de quoi me payer…un repas au restaurant (au MacDo quoi). Pour l’instant, je n’ai pas encore récupéré l’argent gagné, j’attends d’avoir une somme assez conséquente. De cette somme, je dois retirer mes charges sociales et impôts de micro-entrepreneuse. Vous vous doutez très certainement qu’avec un quart de revenu en moins sur ce que je gagne, il faudrait que je fasse cela à plein temps (un jour peut-être !) pour pouvoir en vivre. Trouver ses propres clients réguliers reste, à mon humble avis, la meilleure solution pour se dégager un salaire en tant que rédacteur web dans ma situation (à savoir, travail salarié le jour, micro-entrepreneuse le reste du temps). Vous pouvez utiliser la plateforme Textbroker pour vous faire la main. Et si vous gérez bien votre temps, je pense qu’il est parfaitement possible d’obtenir un salaire convenable.

 

Si vous désirez tester Textbroker, l’inscription se fait ICI.

 

Est-ce que vous travaillez sur ce type de plate-forme ? Si oui, laquelle et pourquoi ?

 

10 comments

  1. marion says:

    Les tarifs de ces plateformes sont quand même extrêmement bas comparé aux tarifs du marché. Pour fonctionner avec ce type de tarifs il doit falloir enchainer les textes à la chaine non ?

    • Sarah says:

      Hello Marion,
      Oui, les tarifs sont bas. Deux options pour moi : soit j’arrive à capter des DirectOrders et je négocie mes prix, soit je me trouve des clients dans « la vraie vie ».
      Je suis d’accord avec vous : pour gagner sa vie sur des commandes comme cela, il faut enchaîner et enchaîner encore. Donc ce n’est pas viable.
      J’ai surtout vu cette plateforme comme une opportunité pour tester mes compétences 🙂 ayant un travail à temps plein à côté, je peux me le permettre car j’ai un salaire qui tombe tous les mois. Pour quelqu’un qui est freelance à 100%, c’est une autre histoire effectivement !

  2. Denis says:

    Hello,

    Effectivement cette plateforme ne rémunère pas trop. Le petit hic d’après moi est que les textes sont évalués par des rédacteurs-correcteurs qui eux même travaillent sur Texbroker. Ils font la pluie et le beau temps au niveau des étoiles. Exemple tu as reçu 5 étoiles au départ sut Textbroker, tu écris des textes qui sont acceptés par les clients. Mais ton texte est contrôlé par les correcteurs qui sont aussi rédacteurs, ils ont la possibilité de te rétrogader à 3 étoiles. Ca leur fait aussi une bonne occasion de réduire la concurrence pour les textes à venir qui sont bien rémunérés….. Pour les autres il ne reste que la misère.

    • Sarah says:

      Hello Denis
      Merci de ton commentaire. Je n’y avais pas du tout pensé ! Mais oui, c’est possible aussi. Ça t’est arrivé ?
      Pour l’instant, je n’ai pas encore eu de mauvaises expériences mais si jamais je suis rétrogradée, je me poserai des questions 😉

  3. Vanessa says:

    Salut Sarah !

    J’ai tenté mon inscription sur TextBroker ! Je dis bien « tenté » car mon texte a été refusé et mon compte a carrément été supprimé ! 😀

    Parmi les raisons :
    fautes d’orthographes ( aucune faute n’avait été détectée sur mon ordi ? )
    erreurs dans les balises , parenthèses etc ( j’ai rédigé sur mon blog où les balises sont automatiques en format texte )

    Me disant également que désormais seuls les textes 4 étoiles étaient acceptés !

    Tu en penses quoi ?

    Après, peut être que mon texte était véritablement mauvais bien sur !

    J’ai été SUPER déçue en tout cas ! Et encore plus en voyant mon compte supprimé

    Merci pour cet article !

    • Sarah says:

      Salut Vanessa !

      Merci pour ton commentaire 🙂

      Je suis abasourdie en lisant ton témoignage ! J’ai fouillé dans mes emails pour trouver une explication, par exemple un changement de « stratégie » : effectivement, il semble que Textbroker n’accepte plus que des auteurs 4 étoiles (même si je n’ai pas trouvé l’information sur leur site Internet!)

      Je pense qu’ils ont dû durcir leurs « conditions d’accès » et qu’ils sont devenus plus vaches, même pour de « petites » erreurs.
      Ce que je comprends en-dessous du « on accepte que les 4 étoiles »:
      1. c’est qu’ils souhaitent des textes de qualité pour changer leur image (j’imagine mal vendre une plateforme auprès de clients en leur disant que s’ils choisissent des 2 étoiles, ils devront retravailler le texte derrière)
      2. autre explication : on voit beaucoup de personnes se lancer dans la rédaction web sans pour autant être des pro. Rien de mal à ça, mais je pense qu’il y a dû y avoir une assez grande quantité de « fraudes » sur les textes (je m’explique peut-être mal)
      Du coup, en durcissant les conditions d’accès, ils veulent s’assurer de la qualité des contenus payé par les « clients ».

      Enfin…je vois ça comme et je ne suis pas experte. La prochaine fois que j’écrirai un texte, ils risquent aussi de me « supprimer » du coup…car je fais des erreurs aussi de temps en temps. (pffiou ! la pression !)

      Je comprends ta déception, et en plus, supprimer le compte comme cela n’est vraiment pas professionnel ! C’est comme s’ils ne te laissaient pas une autre chance 🙁

      Est-ce que tu as testé d’autres plateformes de rédaction ?

  4. Bleue says:

    Bonsoir,
    J’écris pour Textbroker depuis 2011. Je tiens à rectifier une info que vous donnez. Le plus haut niveau que vous puissiez avoir lors des tests est 4 étoiles. Vous ne pouvez obtenir 5 étoiles, donc niveau pro, qu’après avoir écrit un certain nombre de textes et avoir montré votre régularité dans la qualité de vos écrits. Il est bien stipulé dans le règlement du site que même si vous êtes professionnel de l’écriture, vous ne pourrez jamais commencer à 5 étoiles.
    Bref, maintenant je ne travaille plus qu’en Direct Orders. Je suis rédactrice 5 étoiles et je ne pense pas que les auteur(e)s de ce niveau là ne soient plus acceptés. Par contre, c’est vrai qu’il y a surtout des commandes, dans le tableau des Open Orders, pour les 4 étoiles. Et les commandes en « Team Orders » sont généralement très mal payées.
    Normalement, quand j’ai passé le test en 2011, j’ai été également admise comme correctrice mais je n’ai jamais eu aucun texte à corriger ! J’ai demandé plusieurs fois à devenir correctrice mais je n’ai jamais reçu de réponses à ce sujet. Par contre, il n’y a jamais eu de soucis dans mes paiements. C’est vrai que l’on ne peut toucher son dû qu’une fois par semaine mais c’est tout à fait fiable, avec Paypal. Par contre, même en Direct Orders, il ne faut pas espérer avoir autre chose qu’un complément de revenus car il y a beaucoup de recherches, pour peu que l’on fasse son travail correctement, et que c’est au nombre de mots que l’on est rémunéré, pas au temps passé. Parfois je bosse pour moins d’un euro de l’heure…

  5. Kriss says:

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant. Je souhaite m’inscrire sur Textbroker pour un complément de revenu (dans un premier temps) car je suis salariée. Je me demandais si il fallait un statut juridique particulier pour s’inscrire ? Est-ce qu’on doit déclarer ces revenus aux impôts sur une déclaration spéciale ? Merci pour votre aide 😉

      • Sarah says:

        Bonjour Kriss et Helene,

        De ce que je sais :
        – pour s’inscrire sur TextBroker, je ne me souviens plus trop mais il me semble qu’on ne nous demande pas de statut particulier. D’ailleurs, dans mon compte, je n’ai indiqué nulle part mon SIRET.

        – ensuite, pour la déclaration…
        En tant que micro-entrepreneur, on peut payer des impôts en même temps que les autres taxes lors de la déclaration du chiffre d’affaires.
        J’avais choisi cette option (je crois que c’est à 2% mais à vérifier) pour ne pas me « prendre la tête ». L’autre option est de déclarer aux impôts le chiffre d’affaires issu de la micro-entreprise dans une case dédiée sur le formulaire lors de la déclaration.

        Lors de ma déclaration de revenus de cette année, j’ai indiqué mes revenus de la micro-entreprise sur ma déclaration (même si j’avais déjà payé mes impôts aux cours de mes différentes déclarations).

        Voici toutes les infos dont je dispose. J’espère vous avoir aidé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *